logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

26/06/2015

la jeunesse p 15

 

Après 6 semaines de pluies diluviennes, le rafiot vogue encore 5 mois durant et, toutes les nuits, Madame N. fait le même rêve délicieux, les cages sont ouvertes et toutes les bêtes s’entre-tuent…

L’odeur est maintenant insoutenable à bord, bien sûr, celle que tout le monde appelle mémé tellement elle a vieilli, passe par-dessus bord les fumiers divers et variés des bêtes et des gens, mais, il y a la viande , la viande embarquée pour tous les carnivores…Il n’y a pas de frigo depuis des mois puisque le groupe électrogène est en panne !Un jour, le vieux n’y tient plus, il ouvre pour aérer, un corbeau s’échappe, une colombe aussi .La colombe revient, tombée du nid, elle a été élevée par Madame N. qui lui donnait la becquée 7 fois par jour, donc bonne fille elle revient voir sa » maman »…Puis quelques jours plus tard, le soleil revient, la terre sèche et le radeau du déluge se pose sur le sol. Pépère ouvre la porte, de la caisse et tout le monde se barre en courant .Les enfants du couple partent eux aussi, ils ont besoin d’un peu d’intimité et on les comprend.

Et Dieu dans tout cela ? il a prévu pour le navigateur un super feu d’artifice, hélas, les pétards sont mouillés et notre Mr N. doit se contenter d’un arc en ciel sur un quai vide.

La vie reprend son cours, pépère se remet à la culture, il plante sa vigne… et comme toute cette eau lui a donné très soif, il n’y a plus une goutte de vin dans les tonneaux qu’il avait emportés !

Qui doit se taper son sale caractère en attendant que la vigne devienne vin ?

Après quatre années, c’est la fête, le raisin est au cuvier et enfin, c’est le grand jour, celui du tire bouchon.

Pépère qui a invité ses enfants se met à boire plus que de raison et saoul comme une bourrique, il se ballade à poil autour de sa maison ! Un de ses fils le voit, il appelle ses frères : « eh les gars, y a papa qui se promène à l’oilpé au fond du jardin ! »

Les deux autres frères, aussi rigolos que leur papa au début de cette aventure, sont très choqués, ils se voilent la face et s’en vont en reculant mettre un manteau pudique sur les génitoires d’où ils sont sortis. Ce n’est pas parce qu’il n’y a personne qu’on doit montrer ses fesses à tous les passants !

Que fait notre joyeux drille lorsque, dessoûlé, il apprend ce qu’il a fait ? IL MAUDIT le vilain garçon qui a vu les bijoux de famille de papa .

Et c’est une énigme du livre saint ; qu’a bien pu découvrir Cham ? Lui qui à priori possède le même matériel à la même place…

 

Alors Très Saint Père, quand vous serez en mal de canonisation, pensez s’il vous plait à la vie épouvantable de Madame N. Elle a bien mérité son auréole pour avoir été mariée plus de 900 ans avec un bonhomme pareil !

Bon , je sais ,Seigneur, j’exagère un peu, pour rire, mais quand même quand tu fais ton casting pour choisir un acteur pour nous jouer «  mission impossible » s’il te plaît, PENSE A SA FEMME !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

P 15

25/06/2015

la jeunesse p 14

 

Et le temps passe...

au son des coups de marteau les enfants ont grandi, les trois fils sont mariés, la vie, sans le monument de bois du fond du jardin, serait supportable si notre héroïne n’était pas si fatiguée .Le ménage, l’élevage, les enfants, les petits enfants, tout repose sur madame N. Elle est « crevée » la pauvre femme ! C’est que les saints, les prophètes, les purs les glorieux, les bouddhas bref, tous les choisis par le ciel sont profondément casse-pieds pour ceux qui vivent avec eux. Nous autres les blogueuses , nous ne pouvons pas le savoir , nos maris, bien sûr ne sont pas des saints …

Et l’histoire se précipite avec … précipitations. Après avoir supporté un feignant, qui ne nourrit plus sa famille depuis des années, un alcoolique qui répète toute la journée : » chérie ,fais moi penser à prendre mes plants de vigne », voilà qu’il pleut, il pleut , il pleut, il pleut. Et cela dure, dans la maison, l’eau atteint la poignée de la porte…Et voici que déboule à tire d’aile, au trot ou au galop, un couple de chaque sorte d’animaux qui peuple la terre, et cela s’engouffre dans la « caisse à savon ».

Pépère qui vient de passer des mois à rentrer et ranger les courses, ressort, fonce au garage chercher les précieuses boutures de chenin, de ravat et de gamay, il embarque ses mômes et leurs familles, sa femme et le balai qui va avec et referme la porte.

Et vogue la galère ; Car c’est la galère pour Madame N. qui rame, rame, rame. Il lui faut traire pour le café du matin, nettoyer les cages et nourrir la ménagerie. Mais le pire, c’est d’avoir à supporter toute la journée cet imbécile qui triomphe et qui lui répète en boucle : »J’avais pas raison ?,je te l’avais pas dit ?, ah s’ils m’avaient écouté, ils seraient là ! »

Et le voyage vers nulle part dure assez longtemps pour que bon nombre d’embarqués fassent des petits ; Que faire sans la télé ? chacun des sept couples d’oiseaux de chaque espèce (Dieu a prévu grand pour les emplumés) a eu le temps de faire 6 tournées de petits. Rien que chez les colombes, les quatorze embarqués ont donné naissance à 84 «  philiberts » et je ne parle pas des autres volailles qui ont généré des nichées de 15 gosses qui, ici, dans le bateau sont sans prédateurs, au chaud et bien nourris .

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

P 14